Thursday, December 15, 2011

Women of Vision - Burkina Faso

This is a preview of a publication in progress for
UNESCO's University Twinning (UNITWIN)
Website. The UNITWIN concerns Gender, Culture,
and People-Centered Development. We hope you will
enjoy this glimpse of the contributions of some of the
amazing 'Women of Vision' in Burkina Faso!
by
Brenda Gael McSweeney & Scholastique Kompaoré

We thank Brandeis University's Women's Studies Research Center (WSRC) and Boston University's Women's, Gender, & Sexuality Studies Program (WSG) for support of the research and activities of this Women of Vision in Burkina Faso initiative.

I. Breaking Barriers: Women in Non-Traditional Roles
Princess Yennenga (12th century) was the female warrior considered to be the mother of the Mossi Kingdom. According to legend, as a young teenager in northern Ghana she valiantly fought in battle for her father, leading other courageous female warriors. She later fled this patriarchal society on her stallion. With a hunter named Rialé, she had a son who founded the Mossi Kingdom in the heart of the territory now comprising Burkina Faso.
Princess Guimbi Ouattara (1836-1919) was a key heroine in the history of the city of Bobo-Dioulasso in the western part of present-day Burkina. She defended the city against invaders from the south, and also gave shelter to early explorers. A mausoleum has been erected in her honor.

Naaba Sagha, born 11 May 1947, is the last Interim Mogho Naaba (Emperor) of the Mossi Kingdom. Installed at age eleven, she was hidden away in a neighboring vicinity for her personal safety, and continues to this day to retain many traditional powers. She created a solidarity group for women in her village. See a video clip of our conversation with the Naaba Sagha, in November 2009, here.

Léontine Kaboré was enthroned as the first-ever female village chief in Burkina Faso in the year 2007. Designated by Chief Modeste Yaméogo, she was given the title Napoaka Ziiri of Issouka village. This title means "honor, power, and glory." She had to overcome many obstacles to exercise her new mandate.
Original story for the BBC by Burkina correspondent Peter Kazoni.

Estelle Christianne Ouèdraogo holds the unique job of female mechanic of motorcycles and mobylettes. She began this work in the capital of Burkina Faso, Ouagadogou, then moved westward to the smaller city of Koudougou. Already she has inspired other women to take up this trade. She dreams to one day run her own repair and spare parts shop.
Original story for the BBC by Burkina correspondent Peter Kazoni.

II. Boosting Knowledge: Female Education

Jacqueline Ki-Zerbo was the first African woman Director of the Teacher's Training School for Girls in Burkina Faso (then called Upper Volta). Among her numerous achievements, she successfully militated for legislation that would permit girls who left school owing to pregnancy, to subsequently return to continue their studies. Jacqueline was also the first National Coordinator of the UNESCO/UN Development Programme/Government Pilot Project for Equal Access of Women and Girls to Education. She later worked with UNESCO on regional population issues, and with UNIFEM in West and Central Africa. She has been honored with prestigious awards.
Photo credit: ©Stan Freedman-Gurspan. 

Scholastique Kompaoré has spent her life fighting for education and the advancement of the women with whom she has long shared harsh living and working conditions. Appointed to the position of National Coordinator of the UNESCO/UN Development Program/Government Pilot Project for Equal Access of Women to Girls to Education in 1974, Scholastique helped bring about successful implementation of this largely participatory project in Upper Volta. Scholastique also served as Director of a United Nations Volunteers (UNV) program that facilitated the exchange of fieldworkers between village communities and helped introduce new crops and alternative nutritional habits in participating African villages. More recently, Scholastique served as President of the Burkina Division of the March of the World’s Women from 2005-2009. She is seen as an inspiring example by many of the women interviewed for this Women of Vision Project. 

Mariam Konaté is a social activist and one of the first people to write the Jula (Dioula) language and to prepare a functional literacy materials in Jula. She played a crucial role in the Women's Education Project team, stationed in Banfora in western Burkina. Even today, she meets with alumnae of the Women's Project team in Bobo-Dioulasso, where they have formed a women's solidarity group. See a skit by Mariam here.

Bernadette Dao Sanou is a poet and community activist. Based in the Ministry of Basic Education as Director of Educational Innovation, she has written school texts in Jula (Dioula) and French for elementary-level students. Bernadette is a feminist poet: her works include "Sensibilisation sur les stereotypes et prejuges a l'egard des femmes et des petites filles" (2005), prepared for the Marche Mondiale des Femmes - Burkina, and "Quote-part - Poèmes" (June 1992). She also founded the Club Guimbi, a women's collective savings group in her neighborhood. Listen to Bernadette reading a dedication in French here.

Aminata Ouédraogo Bancé is the Coordinator of the International Centre for Girls’ and Women’s Education in Africa (CIEFFA), which has consultative status with UNESCO. The overall objective of her Centre is to promote the education of women and girls with a view to their full participation in eliminating poverty and promoting lasting development. She considers her organization to be a 'child' of the work of Scholastique Kompaoré under the auspices of the UNESCO/UNDP/Government Project for Equal Access of Women and Girls to Education.
Photo: zedcom.bf
III. Setting New Directions: Culture, Science and Social Activism

Maimouna Dembelé was a dynamic traditional minstrel in the western regions of Burkina Faso. Strongly independent and a committed feminist, many of her lyrics paid tribute to the work of the UNESCO Women's Education Project and the importance of functional literacy for women. Here she is pictured with her children, wearing a Voltaic Women's Federation outfit.
Photo courtesy of Mariam Konaté.



Suzanne "Suzi" Ouedraogo is a Ouagadougou-based painter born in 1975, who had to surmount incredible obstacles to practice her profession. She has participated in individual and group exhibitions in Burkina and several European countries, and in 2000 won the Biennale de Dak'art Prize. Several of Suzi's paintings portray the horrors of female genital mutilation and she often depicts humanity's bestiality through images of animals. She also runs an art school for children in Ouagadougou. For more photos of Suzi and her work, visit our Flickr page.

Monique Kabore (1942-2000) was a dynamic leader in the rural areas of southeastern Burkina. She led her community in 'self-help' and income-generating activities, and also promoted women's literacy and empowerment. In recognition of her accomplishments, she was recruited as a Monitrice of the Project for Equal Access of Women and Girls in Education. Read more about Monique here.  Photo courtesy of her children.





Odile Germain Nacoulma is a renowned scientist, who additionally was the first female Chancellor of the University of Ouagadougou. A professor of biochemistry, she wrote her doctoral thesis on medicinal plants and traditional medical practices in Burkina, and contributed to national policy in this arena.She was a founding Member of an Association of women heads of enterprise.
Photo: University of Ouagadougou.

Josephine Guissou Ouédraogo is a sociologist who worked for a decade with the Government and then in a private development consultancy firm in Burkina. This field work included an emphasis on women's distinct roles, for example, in the Volta Valleys. She later went on to become the highest-ranking Burkinabé female in the international system: Deputy Executive Secretary of the United Nations Economic Commission for Africa headquartered in Addis Ababa, and earlier was Director of ECA's African Centre for Women. She is currently pursuing work aimed at sustainable human development as Executive Secretary of 'ENDA Tiers Monde,' Dakar. 
Photo: ENDA.

All photos by and ©Brenda Gael McSweeney unless otherwise credited.


Cliquez en bas pour la version francaise:  




Ceci est un aperçu  d’une publication en progrès pour un site web UNESCO de jumelage entre universités (UNITWIN), portant sur Genre, Culture et un Développement centré sur le peuple. Nous espérons que vous apprécierez ce coup d’œil sur les contributions de certaines des « femmes de vision » étonnantes du Burkina Faso.

I. Briser les barrières: Des femmes dans des rôles non traditionnels. 

La Princesse Yennenga (12ième siècle), considérée comme la mère ancêtre des Mossi, était une vaillante guerrière. Selon la légende, adolescente et vivant au Nord Ghana, à la tête d’autres amazones courageuses, elle gagnait des batailles pour son père. Plus tard, sur son étalon, elle s’enfuit de cette société patriarcale. Au cœur du territoire formant aujourd’hui le Burkina Faso, avec un Chasseur dénommé Rialé, elle mis au monde un fils fondateur du royaume Mossi. 

La Princesse Guimbi Ouattara (1836-1919) est une héroïne clé de la ville de Bobo-Dioulasso à l’Ouest de l’actuel Burkina Faso. Elle défendit la ville contre les envahisseurs venant du Sud et a aussi donné l’abri aux premiers explorateurs français. Un mausolée a été érigé à Bobo-Dioulasso en son honneur. 

Naaba Saagha, née le 11Mai 1947 est la dernière chargée de l’intérim du Moogho Naaba (empereur) du royaume mossi. Intronisée à l’âge de 11ans, malgré la tentative de sa mère de lui épargner les contraintes de sa charge en la cachant dans un village voisin, elle continue à détenir de nos jours de nombreux pouvoirs traditionnels. Elle a créé un groupe de solidarité pour les femmes dans son village.   

Estelle Christianne Ouedraoge, seule femme mécanicienne pour motos et mobylettes. Elle a d’abord exercé à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso puis elle est partie vers l’Ouest à Koudougou, ville plus petite. Elle a déjà inspiré d’autres femmes. Elle rêve de gérer un jour son propre atelier de réparation et sa boutique de pièces détachées.      

II. Renforcer les connaissances : l’éducation des femmes.  

Jacqueline Ki-Zerbo a été la première femme Africaine, Directrice du Cours Normal de Jeunes Filles au Burkina (alors appelé Haute Volta). Parmi ses nombreuses réalisations on peut inclure le succès remporté dans son militantisme pour une législation permettant aux filles renvoyées de l’école parce que enceintes, de retourner après accouchement aux études. Jacqueline a aussi été la première Coordonnatrice du Projet Pilote UNESCO/PNUD/Gouvernement d’Egalité d’Accès des Femmes et des Jeunes Filles à l’Education. Plus tard, elle a travaillé avec UNESCO dans un projet régional traitant de problèmes de populations et ensuite avec UNIFEM en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale.

Scholastique Kompaoré a passé sa vie à lutter pour l'éducation et l'avancement des femmes dont elle a longtemps partagé les dures conditions de vie et de travail. Nommée au poste de Coordonnatrice Nationale du Projet Pilote UNESCO/ PNUD/ Gouvernement d’Égalité d'Accès des Femmes et des Jeunes Filles à l’Éducation en 1974, Scholastique a contribué à la mise en œuvre réussie de ce projet largement participatif en Haute-Volta. Scholastique a également servi en tant que Directrice d'un Programme des  Volontaires des Nations Unies (VNU) qui a facilité l'échange d'animateurs/trices entre communautés villageoises en Afrique au sud du Sahara et contribué à introduire dans les pays, de nouvelles cultures agricoles et d'autres habitudes alimentaires. Présidente de la Marche Mondiale des Femmes/ Action Nationale du Burkina Faso de 2005 à 2009, elle est considérée comme un exemple qui les inspire par la plupart des femmes interviewées pour le Projet de document Femmes de Vision.

Mariam Konaté est une activiste Sociale et l’une des premières personnes à écrire en langue Jula (Dioula) et à élaborer des documents d’alphabétisation fonctionnelle en jula  Elle a joué un rôle crucial dans l’équipe du Projet d’Education des Femmes basée à Banfora à l’Ouest du Burkina Faso. Même de nos jours, elle organise à Bobo-Dioulasso des rencontres avec les anciennes monitrices du Projet des Femmes à Bobo-Dioulasso où elles ont constitué un groupe d’entraide. Voyez un spectacle par Mariam ici.

Bernadette Dao Sanou est poète et activiste communautaire. Présentement, elle est Directrice des Innovations Educatives au Ministère de l’Enseignement de Base et de l’Alphabétisation Fonctionnelle. Elle a produit des textes scolaires en jula  et français pour des élèves du primaire élémentaire. Bernadette est une poétesse et féministe. Ses œuvres inclus une sensibilisation sur les stéréotypes et préjugés à l’égard des femmes et des jeunes filles (2005), document réalisé pour la Marche Mondiale des Femmes du Burkina Faso et quote-part, un recueil de poèmes (Juin 1992). Elle a aussi fondé le club Guimbi Ouattara, collectif d’épargne de femmes. Ecoutez Bernadette lisant une dédicace 

Aminata Ouédraogo Bancé est la Coordonnatrice du Centre International pour l’éducation des Filles et des Femmes en Afrique (CIEFFA), qui a un statut consultatif auprès de l’UNESCO. L’objectif général de son centre est la promotion de l’éducation des femmes et des filles en vue de leur pleine et entière participation à l’élimination de la pauvreté et un développement durable. Elle considère son organisation comme étant « l’enfant du travail de Scholastique Kompaoré sous les auspices du projet UNESCO/PNUD/Gouvernement d’Egalité d’Accès des Femmes et des Jeunes Filles à l’Education. 

III. Etablir des orientations nouvelles Mettre en place des orientations nouvelles: Culture, Sciences et activisme social  

Maimouna Dembélé était une dynamique ménestrelle traditionnelle de l’ouest du Burkina Faso. Farouchement indépendante et féministe convaincue, beaucoup de ses chansons paient tribut au projet UNESCO d’éducation des femmes et à l’importance de l’alphabétisation fonctionnelle pour les femmes. La photo la montre entourée de deux de ses enfants et portant l’uniforme de la Fédération des Femmes Voltaïques.

Suzanne “Suzi” Ouédraogo, née en 1975, est peintre basée à Ouagadougou. Elle eu à surmonter d’incroyables obstacles pour pratiquer sa profession. Elle a participé à des expositions individuelle et de groupe au Burkina Faso et dans plusieurs pays européens et a obtenu le prix de la biennale Dak’art. Plusieurs de ses œuvres peignent les horreurs des mutilations génitales féminines. Elle dépeint la bestialité humaine à travers des images d’animaux. Elle dirige également une école d’art pour les enfants à Ouagadougou. Pour voir plus de photos de Suzi et de ses oeuvres, visitez notre page Flickr.  

Monique Kaboré (1942-2000) a été un leader dynamique de la zone Sud est du Burkina Faso. Elle dirigea sa communauté dans des activités d’entraide et des activités génératrices de revenus. Elle s’est aussi consacrée à la promotion de l’alphabétisation des femmes et au renforcement de leurs capacités. En reconnaissance pour tout ce qu’elle a accompli, elle a été recrutée comme monitrice du Projet d’Egalité d’Accès des Femmes et des Jeunes Filles à L’Education.

Odile Germaine Nacoulma est une scientifique renommée et en plus la première femme Chancelière de l’Université de Ouagadougou. Professeure en biochimie, sa thèse de Doctorat porte sur les plantes médicinales et les pratiques médicales traditionnelles au Burkina Faso. Elle a contribué à la définition d’une politique nationale dans ce domaine. Odile Nacoulma est membre fondateur d’une Association de femmes cheffes d’entreprise. 

Joséphine Guissou Ouédraogo est sociologue. D’abord fonctionnaire pendant une dizaine d’années, Joséphine a ensuite travaillé pour un organisme de consultation en développement. Ce travail de terrain, comme par exemple dans les vallées des voltas, mettait l’accent sur les rôles spécifiques des femmes. Elle occupa plus tard le rang le plus élevé jamais occupé par une femme burkinabe dans le système international : Secrétaire Exécutive Adjointe de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) dont le siège est à Addis Abbeba, puis, Directrice du Centre pour les femmes en Afrique de la CEA. Poursuivant son travail pour un  développement humain durable, elle est actuellement Secrétaire Exécutive de « ENDA Tiers Monde » à Dakar.